Tourbe

La tourbe est une matière combustible noirâtre de qualité médiocre issue de la décomposition des végétaux.



Catégories :

Amendement (agriculture) - Fertilisation - Technique culturale - Matériau de construction - Tourbière

Recherche sur Google Images :


Source image : www.bretagne-environnement.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Matière spongieuse et légère qui résulte de la décomposition à l'abri de l'air (dans l'eau) de certains végétaux (sphaigne, hypnum... (source : fr.wiktionary)
  • Roche combustible riche en matière organique fossile, contenant de nombreux restes de végétaux, surtout des mousses. (source : pagesperso-orange)
  • produit combustible produit par la décomposition lente de plantes herbacées (source : espace-bonsai.xooit)
Tranches de tourbe noire mises à sécher pour utilisation comme combustible.
Tourbière en Irlande, après la "récolte".
Stock de tourbe, Écosse
Exploitation en zone de conservation de la nature, en 1987, dans l'«Ewiges Meer» (le «Lac éternel»), Frise, NO de l'Allemagne)


La tourbe est une matière combustible noirâtre de qualité médiocre issue de la décomposition des végétaux.

Définition

La tourbe se définit comme le produit de la fossilisation de débris végétaux par des microorganismes (bactéries, arthropodes, champignons, microfaune) dans des milieux humides et pauvre en oxygène qu'on nomme tourbière sur un intervalle de temps variant de 1 000 à 7 000 ans. Si la tourbe est soumise à des conditions spécifiques de pression et de température causés par son enfouissement, on assistera, au bout d'une période de l'ordre du million d'années, à la formation de charbon. La tourbe peut ainsi être reconnue à juste titre comme une étape intermédiaire à la formation du charbon. Généralement, on classe la tourbe en trois grandes catégories selon le type de végétaux supérieurs dont ils sont issus :

  1. La tourbe blonde provient de la transformation des sphaignes. Elle est riche en fibre de cellulose et en carbone. Sa texture est dite fibrique. Ses autres traits essentiels sont sa faible densité, sa forte teneur en eau et sa pauvre teneur en cendre minérale car fréquemment jeune (2 000 ans).
  2. La tourbe brune provient de la transformation de débris végétaux ligneux (arbres divers) et d'éricacées. Elle se compose de fibres mélangées à des éléments plus fins, provenant d'une dégradation plus poussée des végétaux, lui donnant une texture mésique. Elle est plus âgée (5 000 ans) que la précédente.
  3. La tourbe noire provient de la transformation des Cyperaceæ. Elle est riche en particules minérales et organiques fines. Il y a moins de carbone et plus de cendres. La texture est le plus fréquemment saprique, c'est-à-dire que la tourbe est plastique et moins fibreuse. Visuellement, la tourbe noire se distingue aisément de la tourbe blonde par sa couleur foncée. Une tourbe blonde particulièrement ancienne tend à se rapprocher, par certains caractères de la tourbe noire.

En pédologie, on distingue deux types de tourbe :

Composition physique et chimique

La composition physique et chimique de la tourbe dépend de nombreux facteurs comme la nature de la végétation, le climat régional, l'acidité de l'eau et le degré de diagenèse. La tourbe est constituée surtout d'eau et de cendre (entre 80 et 90 %). Les 10 à 20 % restant correspondent à la matière organique décomposée. la teneur en carbone peut atteindre 50% en poids, ce qui fait de la tourbe séchée un bon combustible. La tourbe s'élabore à raison de cinq centimètres par siècle.

La matière organique de la tourbe est essentiellement constituée de cellulose et de lignine. Ces deux constituants sont le plus souvent reconnus comme inertes aux réactions d'adsorption. Cette matière organique contient aussi des substances humiques qui ont un fort pouvoir absorbant. Ces substances humiques portent en effet des groupements polaires comme les alcools, les aldéhydes, les cétones, les acides carboxyliques, les phénols et l'éthers capables de fixer les éléments traces. D'où l'idée d'utiliser la tourbe comme agent pour la purification des eaux usées.


Usages agricoles

La tourbe fait l'objet d'une exploitation industrielle pour être utilisée en horticulture et en agriculture. Cette exploitation, lorsqu'elle est menée à grande échelle, conduit à la destruction irrémédiable de la tourbière. L'Irlande surtout est réputée pour l'exploitation de ses tourbières.

En horticulture, la tourbe est utilisée pour sa forte rétention en eau, ce qui convient spécifiquement bien aux semis. On trouve aussi dans le commerce des pots constitués de tourbe compressée, ce qui permet d'éviter le stress du rempotage pour les jeunes plantules. Il est recommandé de ne pas acheter de terreau composé avec de la tourbe pour limiter la destruction des tourbières. Des solutions de remplacement écologiquement viables existent d'ores et déjà : composts de débris organiques, vermiculite... Il existe des végétaux spécifiques des milieux acides qui apprécient la tourbe ou la terre dite «de bruyère» : ce sont , entre autres, les rhododendrons, azalées, bruyères, magnolias...

La forte accumulation en matière organique dans le sol donne lieu à une baisse importante en teneur en minéraux. Ainsi les plantes de la tourbière doivent être adaptées à cette pénurie de minéraux. C'est surtout le cas pour les plantes carnivores qui puisent leur matière minérale dans les insectes qu'elles capturent. Exemple : drosera.

Utilisation dans la construction

La tourbe a pu servir de matériau de construction dans les régions où le bois fait défaut. En Islande par exemple, elle a été énormément utilisée au Moyen Âge pour la construction de fermes.

Des briques de tourbes sont alors agencées pour former les murs, et un tapis de pelouse est déroulé sur la charpente du toit. La tourbe présente en effet l'avantage d'être aisément manipulable et d'être un bon isolant thermique, grâce à sa forte porosité.

Vue de face d'une ferme en tourbe islandaise
Vue arrière
Le couloir central
Feu de tourbe

Utilisation comme combustible

La tourbe est fréquemment utilisée comme combustible, par exemple en Irlande.

Elle peut être simplement séchée, elle brûle alors assez difficilement et il peut être indispensable de la faire brûler avec du bois.

Elle peut aussi être vendue comprimée (briquette) pour une meilleure combustion.

Son utilisation a été interdite dans certaines agglomérations comme à Dublin à cause des poussières importantes dégagées par sa combustion.

Les feux de tourbe sont aussi utilisés pour faire sécher l'orge au cours du processus de fabrication de certains whiskies écossais.

Géomécanique

La capacité portante de la tourbe est proche de 0, 00 KN/m² (type vases ou sables mouvants). Lors du calcul des fondations d'un ouvrage posé sur ce type de sol, il conviendra de prévoir un dispositif de fondation sur pieux, ou sur pilotis.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Tourbe.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 03/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu