Rotation culturale

La rotation culturale est une technique culturale en agriculture. Elle est un élément important du maintien ou de le perfectionnement de la fertilité des sols et par conséquent un atout pour l'augmentation des rendements.



Catégories :

Protection des cultures - Technique culturale - Agronomie - Géographie rurale

Recherche sur Google Images :


Source image : www.umanitoba.ca
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Les cultures en rotation permettent aux agriculteurs de faire alterner d'autres... ferme sur la culture sans pesticides affirment que la rotation culturale est ... A titre d'exemple, dans la production continue de blé d'automne en Alberta, ... (source : umanitoba)
  • Ce sont des plantes qui lèvent principalement en cultures de printemps, ... Par contre, le raisonnement à l'échelle d'une rotation culturale est capital... (source : dc.plantouz.chez-alice)
  • Les rotations culturales qui incluent le blé sont l'occasion tout indiquée... La rotation culturale est une des méthodes qui permet d'apporter aux cultures les .... Faire une rotation des cultures qui laisse une meilleure marge de ... (source : omafra.gov.on)

La rotation culturale (ou rotation des cultures) est une technique culturale en agriculture (et en jardinage). Elle est un élément important du maintien ou de le perfectionnement de la fertilité des sols et par conséquent un atout pour l'augmentation des rendements.

On parle de rotation culturale quand dans un dispositif de culture, des cultures se suivent dans un certain ordre sur la même parcelle, la même succession de cultures se reproduisant dans le temps en cycles réguliers. On peut ainsi avoir des rotations biennales, triennales, quadriennales...

Exemple :

Avantages

La rotation a plusieurs avantages :

La rotation culturale a par conséquent un effet important sur la vie du sol et la nutrition des plantes.

Un autre avantage de la rotation peut être une meilleure répartition de la charge de travail lors de l'introduction de prairies ou de jachère dans la rotation.

La rotation agricole était jusque là particulièrement pratiquée dans le cadre de dispositifs de polyculture-élevage, mais l'agriculture intensive est à l'origine de la mise en place de pratiques de monoculture (la même espèce est cultivée année après année, par exemple, le blé). L'agriculture durable cherche à réintroduire cette pratique ancienne.

Principes de base de la rotation des cultures

Le choix des cultures se fait suivant les besoins et des objectifs de l'agriculteur mais également en tenant compte des pratiques culturales, telles que travail du sol et contrôle des mauvaises herbes par sarclage ou herbicides.

Il est envisageable de faire alterner des familles différentes, telles que céréales, légumineuses, oléagineux... On peut aussi alterner des espèces semées à l'automne et d'autres au printemps.

Le choix est fréquemment fait suivant les risques de transmission des maladies et de la pression des insectes ravageurs. Ainsi, il est déconseillé de faire suivre du maïs par du blé à cause des risques de fusariose. Le soja ne doit pas être cultivé deux années de suite pour éviter les maladies. Il est préférable d'être attentif aussi aux groupes d'herbicides utilisés pour chaque culture successive, afin d'éviter la sur-utilisation de certaines familles chimiques, et par conséquent la sélection de mauvaises herbes résistantes.

Le choix peut aussi tenir compte de l'effet du précédent cultural comme source d'azote symbiotique comme c'est le cas avec les légumineuses. A titre d'exemple, le soja est fréquemment un bon précédent pour le blé. La culture du colza avant le blé augmenterait les rendements de ce dernier d'environ 10 q/ha.

Le bilan humique peut aussi être utilisé afin d'établir les différences entre pertes de carbone par minéralisation de la matière organique et apports par le fumier ou les résidus culturaux.

Enfin, la rotation culturale peut supposer un certain équilibre des surfaces (les soles) consacrées à chacune des cultures, ainsi qu'une stabilité au cours des années de la part consacrée à chaque spéculation, ce que les marchés ne permettent pas forcément, certaines cultures pouvant connaître des phases de développement ou au contraire de régression.

Des leviers financiers incitatifs existent dans certains pays (tel que le Québec) facilitant la diversification des cultures, comme l'application du concept de l'écoconditionnalité.

Le concept "2-2"

C'est un concept mis en avant par l'agriculture de conservation, l'exemple type est :

   pois-colza-blé-blé

Le pois et le colza permettent de gérer les graminées adventices (vulpin, ray grass), habituelles en rotations céréalières, et les blés permettent de gérer les adventices dicotylédones (rumex... ).

En poussant plus loin le concept on arrive à

 pois de printemps-colza-blé-maïs

On conserve les avantages de la rotation précédente tout en gérant qui plus est le salissement au printemps dans le maïs et le pois, avec en plus une interculture longue entre le blé et le maïs, pouvant être de légumineuses, donnant la possibilité une forte économie sinon une suppression de l'apport d'azote sur le maïs.

Exemples de rotation

Liens

le site de l'agriculture de conservation

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Rotation_culturale.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 03/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu