Battage

En agriculture, le battage est une opération consistant à séparer de l'épi ou de la tige les graines de certaines plantes, le plus fréquemment des céréales.



Catégories :

Technique culturale

Recherche sur Google Images :


Source image : www.cite-st-joseph.asso.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La dernière opération consiste à enfouir les grains dans la terre... Le grain est extrait de l'épi soit par le battage, soit par le dépiquage. Le battage est réalisé par les hommes qui avec un fléau frappent... Le vannage Tombe de Menna, Après avoir retiré, avec tridents, la paille scindée du grain, ... (source : jfbradu.free)


Scène de dépiquage dans une cour de château en 1932 (Pomayrols, Aveyron, France)

En agriculture, le battage est une opération consistant à séparer de l'épi ou de la tige les graines de certaines plantes, le plus fréquemment des céréales. Les techniques employées ont évolué au cours du temps et fluctuent selon les aires géographiques. Le battage peut être réalisé manuellement avec un fléau, et depuis la fin du XIXe siècle avec batteurs mécaniques incorporés dans une batteuse à poste fixe ou une moissonneuse-batteuse, dont l'emploi s'est généralisé dans les pays industrialisés depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Il existe d'autres opérations voisines, le dépiquage, avec une planche à dépiquer ou le foulage (par piétinement humain ou animal), le chaubage, etc.

L'écrivain Pierre Jakez Hélias donne une description particulièrement complète de cette opération telle qu'elle était effectuée dans les campagnes françaises dans la première moitié du XXe siècle. Il évoque le passage du fléau à la batteuse [1].

Le dépiquage "animal"

C'est une méthode qui était jusqu'au début du 19ème siècle plutôt pratiquée dans le sud de la France et de l'Europe.

Selon l'encyclopédie des gens du monde [2], le dépiquetage animal se pratiquait le plus souvent en plein champ sur une «aire» ou «place» de terre battue avec régularité et force. On y amenait les gerbes de céréales (dont les pailles étaient alors plus longues qu'aujourd'hui). On en coupait les liens de façon à former des cercles, où la paille occupe la partie supérieure, tandis que les épis reposent sur le sol. Deux ou trois couples de chevaux, bœufs, ânes, baudets ou mulets, attachés eux à deux et les yeux bandés étaient alors guidés par un conducteur debout au centre de l'aire au moyen d'une longe assez longue. Armé d'un fouet, le conducteur faisait tourner les animaux «dépiqueurs». Aux extrémités du cercle, avec des fourches en bois des valets repoussaient sous les sabots des animaux la paille intotalement brisée et l'épi non dépouillé de son grain.

Le cheval et la mule étaient préférés aux bœufs, leur trôt dépiquetant le grain plus rapidement. Que le nombre des couples soit de deux, de trois ou de quatre paires, selon l'importance de la récolle ou l'obligation de presser le dépiquage, on les met de front, et , L'opération pouvait durer du lever au coucher du soleil. Chaque quart d'heure, les animaux avaient droit à un court repos, avec un repos, légèrement plus long aux heures des repas.

L'inconvénient de cette méthode était que la paille était toujours salie par les déjections des animaux et qu'elle ne pouvait alors être conservée correctement.

Notes, sources et références

  1. Le Cheval d'orgueil, chapitre VI, pp. 341-358
  2. (http ://books. google. fr/books?id=1skUAAAAYAAJ&pg=PA450&lpg=PA450&dq=%22canal+de+Douai%22++guerre&source=bl&ots=YiYUTTobA-&sig=boKEmmkO3xsJU8OU1zFK5eAo3Y8&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=6&ct=result#PPA8, M1 Répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, publié par la Librairie de Treuttel et Würtz

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Battage_(agriculture).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 02/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu